Bien comprendre la dépollution des sols

Bien comprendre la dépollution des sols

Les sols

Un sol est dit pollué lorsqu'il contient une certaine concentration anormale de composés chimiques pouvant être dangereux pour la santé des plantes autant que celle des animaux et des humains. La contamination peut alors se faire soit par voie digestive (en buvant de l'eau polluée), soit par voie respiratoire (en respirant les poussières des sols pollués dans l'atmosphère). Les conséquences sont multiples, pour n'en citer que les effets neurotoxiques et cancérogènes par ingestion et/ou inhalation. Face à cela, la dépollution des sols est donc primordiale. Celle-ci est une technique visant à rendre le sol et le sous-sol ayant été pollués par une activité ou un accident industriel aptes à un retour à la nature, mais aussi à nouvel usage, qu'il soit industriel ou résidentiel.

Les véritables origines de la pollution des sols

Dans la plupart des cas, ce sont les activités humaines qui sont à l'origine de la pollution des sols :

  • la pollution des sites industriels en cas de fuite, d'accident sur le chantier ou suite à l'abandon une usine
  • l'épandage des différents produits phytosanitaires
  • les rejets des bâtiments et des exploitations agricoles, des sites d'élevage
  • les assainissements collectifs et les stations d'épuration
  • l'utilisation de diverses sources d'énergie

Certains sols sont également localisés dans des contextes géographiques particuliers, affichant une concentration naturelle en arsenic, antimoine, fluor, nickel ou sélénium au-delà des normes sanitaires. En se diffusant progressivement, celle-ci peut affecter l'eau dans les sous-sols et devenir une source d'empoisonnement.

Les différents procédés de traitement

Des actions préventives et répressives peuvent être menées afin de réhabiliter les sols pollués : privilégier l'état des connaissances des milieux, appliquer des plans de contrôle des résidus chimiques, gérer les milieux contaminés en assurant une bonne formation des habitants, diminuer l'exposition de la population en assurant la qualité de la production alimentaire locale, etc. Dans les deux cas, les collectivités territoriales doivent être les premiers responsables.

Afin de mener à bien les différents projets cités précédemment, différentes techniques sont alors à mettre en œuvre :

  • Les traitements physiques : les fluides présents ou injectés dans les sols, comme l'eau et le gaz, sont utilisés comme vecteur afin de transporter la pollution vers des points d'extraction ou encore pour l'immobiliser.
  • Les traitements chimiques : une technique qui a recours à des réactifs chimiques afin de détruire les polluants, les transformer en des composés moins toxiques et facilement biodégradables, mais aussi pour modifier leurs caractéristiques.
  • Les traitements biologiques : les microorganismes et les plantes sont utilisés afin de favoriser la dégradation des substances chimiques toxiques et de les rendre moins toxiques.
  • Les traitements thermiques : une technique visant à détruire le polluant, à l'isoler ou le rendre inerte grâce à l'effet de la chaleur.

C'est leur mode de mise en œuvre qui les différencie et les classe en deux catégories : techniques ex-situ (hors site) ou in-situ (sur site). Les traitements hors sites visent à transporter les terres polluées vers une installation extérieure au site afin de les traiter convenablement.

Tandis que les traitements sur site consistent à les traiter sur le même site après leur excavation. Mohamed Ayachi Ajroudi est l'auteur de nombreux projets de dépollutions des sols grâce à ses nombreuses entreprises qui ont été mises en place pour la protection de l'environnement.